Jeunes, Marginalités et Violences au Maroc : phase I (JMV1)

Le projet de recherche « Jeunes, marginalité et violences au Maroc », en partenariat avec la fondation Heinrich Böll Afrique du Nord -Rabat, a pour but de braquer les projecteurs sur la diversité des profiles, attitudes, comportements et valeurs des jeunes ‘mis à l’écart de la société’ de manière volontaire ou imposée. Il vise aussi à interroger les liens entre marginalité et violence et à développer des recommandations aux décideurs.

Ce projet avait comme objectifs :

  • Cartographier les formes de marginalisation des jeunes au Maroc et identifier celles qui peuvent conduire à la violence ;
  • Analyser les comportements, attitudes, valeurs, perceptions et attentes des jeunesses marginalisées dans les milieux urbains, les périphéries urbaines et rurales ;
  • Évaluer les politiques publiques relatives aux jeunesses marginalisées ;
  • Développer des recommandations aux décideurs et sensibiliser l’opinion publique et la société civile.

Cette première phase s’est déroulée du 17 juin 2015 au 30 novembre2015 dans la région de Rabat.

Pendant cette première phase, le RSSI a défini son approche théorique et a réalisé une enquête qualitative exploratoire dans la région de Rabat. Les résultats de l’enquête ont été présentés au grand public le 1 Décembre 2015 à Rabat. Pour plus de détails sur le cadre théorique, cliquez ici.

Approches théoriques

Jeunes, Marginalités et Violences au Maroc : phase II (JMV2)

Le Rabat Social Studies Institute a bénéficié de l’appui de la fondation Heinrich Böll Afrique du Nord Rabat pour la réalisation de la deuxième phase du projet sur : « Jeunes, marginalités et violences au Maroc ».

Cette fois, l’étude visait à mettre en exergue les liens potentiels entre marginalités et violences chez les jeunes. Elle a abordé les représentations de la jeunesse, les sens que les jeunes donnent à la violence, leurs vécus et les registres de mobilisation empruntés pour influencer les politiques les concernant et le changement de manière générale.

L’objectif de cette phase était de :

  • Faire une cartographie des formes de marginalisation des jeunes au Maroc et identifier celles qui peuvent conduire à la violence.
  • Analyser les comportements, attitudes, valeurs, perceptions et attentes des jeunesses marginalisées dans les milieux urbains, les périphéries urbaines et rurales.
  • Développer des recommandations aux décideurs et sensibiliser l’opinion publique et la société civile aux questions des jeunes vivant dans une situation de marginalité

Dans le cadre de cette étude, une enquête qualitative a été conduite dans sept régions du Maroc auprès de 220 jeunes, On cite :

Vingt-deux focus groups et une soixantaine d’entretiens ont été réalisés. Le recueil des données s’est fait aussi bien dans les milieux urbains que ruraux. Les lieux de l’enquête ont été retenus en fonction de leur importance démographique, économique, universitaire, culturelle et l’histoire de protestation. Parmi les participants à l’enquête, les hommes étaient plus présentés que les femmes.

La majorité des interviewés avaient un âge compris entre 18 et 30 ans. En général, les jeunes enquêtés avaient un niveau supérieur (63% ont le niveau baccalauréat ou plus)

les rapports au dessus contiennent les conclusions de recherche et les recommandations par région qui ont été rédigées et présentées au grand public lors d’une conférence le 24 novembre 2016 à Rabat.

Jeunes, Marginalités et Violences au Maroc : phase III (JMV3)

Le Rabat Social Studies Institute a eu l’opportunité de travailler encore une fois avec la fondation Heinrich Böll Afrique du Nord- Rabat sur la troisième phase du projet « Jeunes, Marginalités et violences au Maroc ».

Ce projet de recherche, dans sa troisième phase, avait pour objectif de vulgariser les résultats de l’étude qualitative nationale menée pendant l’année 2016 et de sensibiliser l’opinion publique, la société civile et les décideurs par rapport à cette problématique.

Cette phase avait comme objectif de :

  1. Rédiger un policy brief sur la base des résultats de l’enquête qualitative nationale sur « jeunes, marginalités et violences au Maroc »;
  2. Vulgariser les recommandations auprès des décideurs, l’opinion publique et la société civile;
  3. Organiser une rencontre avec les décideurs pour échanger autour des recommandations;
  4. Organiser une rencontre avec des associations de jeunes et parlementaires pour échanger autour des recommandations;

Pour plus de détails sur les résultats, cliquez ici : noubda2

Jeunes et violences au Maroc: Réalités et Enjeux